michele tecchia monaco 8
0 9 minutes 4 semaines

Michele Tecchia, passionné par l’univers du digital, est à la tête d’une startup de conseils en marketing digital basée à Monaco.

Israël est aujourd’hui considéré au même titre que les Etats-Unis, l’Angleterre et le canada comme un pays où il fait bon d’entreprendre. Proposant un écosystème attractif favorable à l’innovation, l’Etat hébreu héberge actuellement plus de 9000 startups dont environ 70 licornes. Ces dernières opèrent dans presque tous les domaines ; les nouvelles technologies et l’énergie concentrent toutefois plus de la moitié des investissements. Ce succès tient de la combinaison de nombreux facteurs dont une politique volontariste de l’exécutif, une forte culture entrepreneuriale et une formation soutenue favorable. Venez à la découverte de ce qui fait d’Israël, une « Startup Nation ».

Un écosystème dense, attractif et productif

L’Etat Hébreu a su s’appuyer sur son système de formation et la culture du risque de sa population pour mettre une politique de l’innovation en œuvre. En moins de 50 ans, il a créé l’un des écosystèmes de l’innovation les plus attractifs de la planète. Avec plus de 9000 start-ups implantées, il possède le ratio de nombre startup par habitant le plus élevé du monde. La majorité a atteint un niveau de développement avancé, et affiche un dynamisme qui impacte positivement les nouvelles boîtes. Il est alors plus approprié de qualifier le pays de « scale up nation ». L’appétence des investisseurs sans cesse croissante soutient cette tendance.

En 2021, les start-ups Israéliennes ont réussi à lever plus de 23 milliards de dollars contre 10 milliards environ l’année précédente. 70 d’entre elles sont valorisées à plus d’un milliard de dollars. La FinTech, la cyber sécurité et la big data concentrent plus de 60% des investissements. Les progrès dans les autres domaines tels que la santé, l’agriculture et l’énergie ne sont toutefois pas moins remarquables. Les entreprises sont pour la plupart installées à Tel Aviv et Haïfa.

Michele Tecchia donne quelques exemples de super start up

Israël compte plusieurs milliers de super start-ups. Il serait laborieux d’en établir une liste complète. Voici tout de même quelques-unes des plus connues dans le monde entier.

Wix
Wix est une société de création de sites web avec le langage HTML5. Créée en 2006 par A. Avishai, A.Nadav et G.Kaplan, son siège se trouve à Tel Aviv. Il obtient son premier investissement en 2007 et propose des éditeurs dans plusieurs langues du monde dont le Français, l’Italien et le Portugais entre autres à partir de 2010. En 2013, la société fait son entrée au Nasdaq et embrasse une année plus tard, les secteurs de l’hôtellerie et de la musique. Elle créé également une Marketplace au profit de ses partenaires afin de leur permettre de promouvoir leurs affaires.
Usant de la technologie de l’intelligence artificielle, elle met d’autres éditeurs de conception automatisée de sites web sur le marché. Elle emploie aujourd’hui environ 2500 personnes et possède une capitalisation de plus de 6 milliards de dollars. Son chiffre d’affaire d’annuel est estimé à 978 millions de dollars en 2020.

Mobileye
Mobileye est une start up Israélienne créée en 1999 par A. Shashua. Elle est spécialisée dans la conception de systèmes d’aide à la conduite, de véhicules autonomes et de remorques. Basé à Jérusalem, elle emploie environ 404 techniciens. Elle a signé au fil des années, de nombreux partenariats technologiques avec des marques automobiles telles que Volkswagen, Renault-Nissan, BMW qui ont favorisé son essor.
Aujourd’hui, plus d’un million de véhicules sont équipés de la technologie d’aide à la conduite conçue par Mobileye. Sa capitalisation est estimée à 11 milliards de dollars. Elle est rachetée en 2017 par Intel pour 15 milliards de dollars.

Viber
Viber est une société israélienne crée en 2010 à Tel Aviv par Talmon Marco proposant un service de messagerie instantanée par téléphone, ordinateur et tablette. Rachetée en 2014 par le géant Japonais Rakuten, sa dénomination devient Rakuten Viber. Avec plus de 400 millions d’utilisateurs, c’est l’une des plateformes de messagerie les plus utilis2es dans le monde entier.

Michele Tecchia : les raisons du succès d’Israël

Un important financement provenant de l’extérieur

Israël est aujourd’hui considéré comme l’une des nations les plus innovantes de la planète. Il suscite l’intérêt de nombreuses entreprises étrangères qui n’hésitent pas à financer la recherche et le développement dans le pays. Environ 53% des fonds alloués aux start-ups Israéliennes proviennent de l’étranger. Ce modèle est différent de celui d’autres écosystèmes comme celui de la France où le financement est majoritairement issu des entreprises nationales et de l’état.
Le pays apparaît donc comme un foyer de développement de projets soutenus par l’extérieur avec d’importantes ressources. Il est ainsi directement lié au marché mondial. Ses technologies sont par ailleurs vendues à des multinationales américaines, européennes, asiatiques et depuis peu avec la normalisation des relations diplomatiques, du moyen orient. Le rôle de l’état n’est toutefois pas négligeable.

L’apport de l’état Israélien

Grâce au programme Yozma mis en place dans les années 90, Israël est devenu un pays avec un capital risque élevé. Il est désormais plus facile pour les entreprises high tech de s’installer et de bénéficier d’un financement pour leur développement. L’état consacre d’ailleurs environ 6% du PIB pour la recherche et le développement, ce qui constitue le taux le plus élevé au monde.

On dénombre dans le pays 350 incubateurs et accélérateurs, environ 500 multinationales promouvant l’innovation au moyen de centres R&D et 200 fonds de capital-risque. L’environnement est donc favorable pour l’essor des start-ups.

La formation

Le pays dispose de 07 universités de renommée mondiale très actives dans le transfert de technologies. L’une d’entre elles est le Technion, l’institut technologique d’Haïfa qui dispose d’un incubateur et a contribué à la création d’environ 80 entreprises high tech. C’est un vivier d’entrepreneurs d’où sont issus trois récipiendaires du prix Nobel, ce qui traduit l’excellente qualité des enseignements dispensés. Il est comparé au célèbre MIT aux États-Unis.

La culture entrepreneuriale et le service militaire

La culture de l’innovation caractérise l’Etat Hébreu. Plusieurs paramètres expliquent ce fait. D’un point de vue historique, la jeune nation désertique a dû travailler dur pour devenir une puissance économique. La population est constamment animée d’un esprit d’entreprise, de recherche de solutions. D’un point de vue géographique, son isolement le pousse à s’ouvrir au monde et ses ressources limitées l’amènent à innover.

En outre, le service militaire obligatoire a un fort impact sur la mentalité des citoyens. Le devoir de se surpasser pour atteindre ses objectifs et le travail d’équipe sont des valeurs inculquées qui profitent grandement aux futurs entrepreneurs. Récemment, des formations de haut niveau en technologie sont délivrées, ce qui permet aux apprenants de se lancer immédiatement après le service militaire.

Découvrez Michele Tecchia sur ses réseaux sociaux : https://www.lafrenchfab.fr/entreprise/michele-tecchia/https://www.linkedin.com/in/michele-tecchia-monaco/https://soundcloud.com/michele-tecchiahttp://michele-tecchia.com/

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.