Pénurie alimentaire en Corée du Nord
0 8 minutes 12 mois

De multiples sources ont laissé entendre cette semaine que des décès par famine sont probables, ce qui ne fait qu’ajouter aux inquiétudes suscitées par les pénuries alimentaires persistantes en Corée du Nord.

Selon certains experts, le pays connaît sa pire situation depuis la famine de la « Marche ardue » des années 1990, qui a entraîné une famine généralisée et la mort de centaines de milliers de personnes, soit environ 3 à 5 % des 20 millions d’habitants que comptait alors le pays.

Selon Lucas Rengifo-Keller, analyste de recherche au Peterson Institute for International Economics, les données commerciales, les images satellites, les évaluations des Nations unies et des autorités sud-coréennes indiquent toutes que l’approvisionnement alimentaire est tombé en dessous de la quantité nécessaire pour satisfaire les besoins humains minimaux à l’heure actuelle.

Voici une vidéo en anglais relatant cette nouvelle :

Une situation catastrophique

Il y aurait des morts de faim même si la nourriture était distribuée équitablement, ce qui est quasiment impossible en Corée du Nord où l’élite et les militaires sont privilégiés.

Les responsables de la Corée du Sud sont d’accord avec cette évaluation ; Séoul a récemment déclaré qu’il pensait qu’il y avait des cas de morts de faim dans certaines parties de la nation. Peu d’experts contestent son évaluation, malgré la difficulté de produire des preuves crédibles pour soutenir ces affirmations en raison de l’isolement du pays.

Selon l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture, la population nord-coréenne était déjà largement sous-alimentée avant la pandémie de Covid.

Trois ans d’isolement et de fermeture des frontières ne pouvaient qu’aggraver la situation.

Une réunion d’urgence a été organisée

Cette semaine, le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un a convoqué une réunion de quatre jours du Parti des travailleurs pour discuter de la réforme de l’industrie agricole du pays. Signe de la gravité de la situation, Kim a exigé une “transformation fondamentale” de l’agriculture et des plans économiques de l’État, ainsi que la nécessité de renforcer le contrôle de l’État sur l’agriculture.

Cependant, un certain nombre d’experts affirment que Pyongyang est le seul responsable de ces problèmes. En réponse à la pandémie, Pyongyang a intensifié ses tendances isolationnistes en construisant une deuxième barrière sur 300 kilomètres de sa frontière avec la Chine et en limitant le peu d’échanges transfrontaliers qu’elle avait.

En outre, elle a effectué un nombre record de tests de missiles au cours de l’année précédente, épuisant ainsi de précieuses ressources.

Lina Yoon, chercheuse senior à Human Rights Watch, a déclaré que les ordres de tirer à vue (à la frontière) qui ont été mis en place en août 2020… un blocus sur les voyages et le commerce, qui a inclus le commerce officiel très limité (qu’il y avait auparavant).

Selon les données des douanes chinoises, la Chine a exporté 53 280 kg de céréales sous forme de grains ou de flocons vers la Corée du Nord en 2022 et près de 56 millions de kilogrammes de farine de blé ou de maslin.

Le commerce non officiel, dont Yoon note qu’il est l’une des principales lignes de vie des marchés à l’intérieur de la Corée du Nord où les Nord-Coréens ordinaires achètent des produits, a été étouffé par la répression de Pyongyang.

Depuis la fermeture des frontières, il n’y a pratiquement plus eu de cas de personnes faisant entrer clandestinement des produits chinois dans le pays en payant un garde-frontière pour qu’il ferme les yeux.

Une mauvaise gestion de l’économie

De nombreux experts affirment que des années de mauvaise gestion économique sont le véritable problème et que les efforts de Kim pour renforcer le contrôle de l’État ne feront qu’aggraver la situation.

Pour que l’agriculture s’améliore et que le pays dispose de suffisamment de nourriture pour alimenter sa population, les frontières nord-coréennes doivent être ouvertes, le commerce doit reprendre et ces produits doivent être importés. « Mais pour le moment, ils donnent la priorité à l’isolement et à la répression », a déclaré Yoon.

Mais comme l’a noté Rengifo-Keller, il n’est pas dans l’intérêt de Kim de permettre le retour de l’ancien commerce non officiel dans cette nation dirigée de manière dynastique. Le régime ne veut pas d’une classe d’affaires florissante qui pourrait saper son autorité.

Ensuite, il y a l’obsession permanente de Kim pour les essais de missiles et son rejet persistant des offres d’assistance des voisins.

La seule façon pour la Corée du Nord de se sortir de ce pétrin, selon le ministre sud-coréen des Affaires étrangères Park Jin, est de revenir à la table des négociations, d’accepter notre offre humanitaire au Nord et de prendre une meilleure décision pour l’avenir.

La situation s’aggrave, nos renseignements le montrent, parce qu’il est clair que leurs politiques changent, a déclaré jeudi le Premier ministre Han Duck-soo sur CNN. « Le président (Kim Jong Un) voudrait mettre beaucoup de pression pour que ce soit dicté par l’État, vous savez, la fourniture de nourriture à leur peuple, ce qui ne fonctionnera pas », a-t-il ajouté.

Le ministère de l’Unification à Séoul s’est empressé de souligner que Pyongyang continue de donner la priorité à ses programmes de missiles et nucléaire plutôt que de subvenir aux besoins de sa propre population.

Lors d’une conférence de presse le mois dernier, le vice-porte-parole Lee Hyo-jung a déclaré : « Selon les institutions de recherche locales et internationales, la Corée du Nord aurait pu acheter plus d’un million de tonnes de nourriture, soit plus qu’assez pour couvrir la pénurie alimentaire annuelle du pays, avec l’argent qu’elle a dépensé pour les missiles qu’elle a lancés l’année dernière ».

Selon l’agence de développement rural de Séoul, les inondations et les conditions météorologiques défavorables ont fait chuter la production agricole de la Corée du Nord de 4 % en 2017.

Mme Rengifo-Keller craint que la culmination de ces effets, ainsi que l’approche malavisée du régime en matière de politique économique, n’aient un effet catastrophique sur la population déjà en difficulté.

« Cette population est chroniquement sous-alimentée depuis des années, il y a des taux élevés de retard de croissance, et tout indique que la situation s’aggrave, il ne faudrait donc pas grand-chose pour amener la nation au bord de la famine. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *