Retrait des produits de vapotage
0 6 minutes 12 mois

Après avoir découvert qu’un dispositif de vapotage dépassait d’au moins 50 % la limite autorisée de nicotine, les supermarchés l’ont retiré de leurs stocks.

À la suite d’une enquête du Mail qui a révélé qu’un dispositif de vape dépassait de plus de 50 % la limite légale de nicotine, le fabricant de vape Elf Bar a déjà retiré des rayons sa ligne 600, la plus vendue au Royaume-Uni.

Protéger les enfants de ces produits

La limite de 2ml de liquide à 2% de nicotine dans les vapes, qui a été introduite pour créer un environnement qui protège les enfants de commencer à utiliser ces produits, a été dépassée par un autre produit d’Elf Bar, la vape Lost Mary, qui représente une vape sur quatre vendues au Royaume-Uni.

Les tests ont révélé que le produit dépassait jusqu’à 80 % la limite légale de nicotine, ce que Andrew Bush, professeur de pédiatrie à l’Imperial College de Londres, a qualifié d’effroyable et a déclaré qu’il était profondément troublant que les utilisateurs ne sachent pas ce qu’ils prenaient, étant donné que le produit est retiré des rayons des supermarchés.

Sir Chris Whitty, le médecin en chef de l’Angleterre, a récemment appelé à une répression du marketing épouvantable des vapes auprès des enfants. Il a pointé du doigt Elf Bar, dont les vapes 600 et Lost Mary représentent huit vapes jetables sur dix vendues au Royaume-Uni.

Plus de la moitié des jeunes de 11 à 17 ans qui ont admis avoir essayé de fumer l’année dernière, soit environ 100 000 jeunes, ont déclaré avoir utilisé une Elf Bar, bien que la vente de vapes aux moins de 18 ans soit interdite par la loi.

Retrait de ces produits des supermarchés

Après qu’une enquête du Mail ait révélé que le produit contenait jusqu’à 3,2 ml de liquide nicotinique, la gamme 600 d’Elf Bar a été retirée des rayons des supermarchés le mois dernier.

Après avoir été contacté par l’organisme de surveillance médicale du Royaume-Uni, Elf Bar a reconnu qu’il avait échoué dans certains domaines et a accepté de retirer les 600 vapes qui ne respectaient pas la limite de nicotine.

Des tests supplémentaires ont révélé que la quantité moyenne de nicotine liquide dans cinq échantillons de Lost Marys parfumés à la double pomme achetés chez Sainsbury’s était de 3,6 millilitres, contre une moyenne de 3,2 millilitres dans cinq échantillons de Lost Marys parfumés à la pastèque achetés chez Asda.

Après avoir été informés des résultats par le Mail, Sainsbury’s et Asda ont confirmé qu’ils retiraient les vapes Lost Mary.

Avant que leurs produits puissent être vendus au Royaume-Uni, les fabricants de vape doivent enregistrer les informations les concernant auprès de la Medicines and Healthcare products Regulatory Agency (MHRA). Cependant, la MHRA ne teste pas les vapeurs pendant l’enregistrement du produit.

La position de la MHRA

La MHRA ne prend des mesures que lorsqu’elle est informée qu’un produit est en infraction avec la loi, par exemple lorsqu’il contient plus de liquide nicotinique que ce qui est autorisé.

Le professeur Bush a informé le courrier que cela était choquant. Lorsqu’il faut un journal pour révéler des violations légales aussi importantes, qu’est-ce que cela dit de notre système de réglementation gouvernementale ?

Afin de s’assurer que les entreprises respectent la loi, des contrôles de conformité doivent être mis en place dès que les fabricants enregistrent leurs produits de vapotage et des contrôles ponctuels supplémentaires doivent être effectués après leur mise en vente.

Le fait que des personnes achètent ces vapeurs sans savoir ce qu’elles contiennent est extrêmement préoccupant. Ces réglementations sont en place pour protéger les utilisateurs, en particulier les jeunes.

Le directeur général du laboratoire Broughton, qui a effectué les tests, Chris Allen, a déclaré que les régulateurs doivent agir rapidement et qu’il aimerait que des mesures fortes soient prises par les régulateurs, comme le retrait des produits dépassant la limite, des tests approfondis des produits et la destruction des produits non conformes.

Les tests de Lost Mary ont été portés à la connaissance d’Elf Bar, qui a choisi de ne pas faire de commentaires.

L’entreprise a précédemment déclaré que tous ses produits étaient sécurisés et qu’elle examinerait toute exportation de produits de vape vers le Royaume-Uni.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *