Développement d'un centre de santé
0 7 minutes 2 mois

Cette semaine, un accord majeur a été signé entre deux nations qui étaient historiquement éloignées l’une de l’autre : Israël et les Émirats arabes unis. L’accord entre le Sheba Medical Center, le plus grand hôpital d’Israël, et G42 Healthcare d’Abu Dhabi établit une coopération stratégique pour développer de nouvelles technologies de santé utilisant l’intelligence artificielle.

Cet accord monumental marque le premier développement majeur dans le domaine des technologies de la santé depuis les accords d’Abraham normalisant les liens diplomatiques entre Israël et les EAU en 2020.

Signature d’un accord majeur entre Israël et les Émirats arabes unis

Lundi de cette semaine, des responsables du Sheba Medical Center ont ratifié un protocole d’accord avec le G42 Healthcare d’Abu Dhabi pour construire conjointement une technologie de santé.

Voici une vidéo en anglais relatant cette nouvelle :

La cérémonie de signature a eu lieu à Abu Dhabi et a été suivie par le Dr Yoel Har Even, directeur du département international de Sheba, qui s’est exprimé lors de l’événement en déclarant qu’il s’agissait « de l’une des plus grandes étapes pour faire progresser la médecine depuis qu’Israël et les EAU ont normalisé leurs relations par le biais des accords d’Abraham de 2020. »

L’accent mis par G42 Healthcare sur les innovations basées sur l’intelligence artificielle

G42 Healthcare est une grande entreprise de technologie de la santé basée à Abu Dhabi, spécialisée dans le développement de la technologie de l’intelligence artificielle pour les solutions de soins de santé.

Fondée en 2017, G42 a beaucoup investi dans la recherche liée aux technologies de l’IA pour les applications de soins de santé telles que les diagnostics et la technologie de télésanté. Ce protocole d’accord avec le Sheba Medical Center leur fournira un partenaire précieux pour les aider à développer davantage ces innovations

Avantages de la coopération entre les nations

Le partenariat entre le Sheba Medical Center et G42 Healthcare promet d’apporter des avantages non seulement à leurs nations respectives, mais a également des implications internationales.

La technologie de santé
Source : Pixabay.

Non seulement il peut fournir un accès mutuel à des ressources qui pourraient autrement être difficiles ou coûteuses à obtenir, mais il peut également ouvrir des canaux pour le partage des connaissances, l’échange d’idées et la collaboration sur des projets qui peuvent aboutir à des avancées dans les soins médicaux à travers le monde.

Possibilités d’expansion après l’accord

Les opportunités potentielles créées par cet accord ne s’arrêtent pas là ; les deux parties souhaitent étendre leur coopération au-delà du simple développement des technologies de la santé.

Il est prévu de lancer des initiatives de recherche conjointes sur la médecine préventive ainsi que des collaborations sur des sujets tels que la formulation de politiques de santé publique, des programmes de formation conjoints pour les médecins et les infirmières et des échanges cliniques plus directs entre les hôpitaux des deux pays. 

Développer les relations par le biais d’accords commerciaux

Cet accord n’est qu’une partie d’une tendance que nous avons observée ces dernières années, où les accords commerciaux ont pris le pas sur la politique lorsqu’il s’agit d’établir des relations entre des États qui étaient autrefois hostiles l’un envers l’autre.

La technologie dans la santé
Source : Pixabay.

L’histoire nous montre à quel point la coopération économique peut être puissante, permettant à des pays aux différences apparemment irréconciliables de partager des intérêts économiques communs, et cet accord est un autre exemple de ce pouvoir utilisé pour de bonnes causes, comme l’innovation dans la technologie des soins de santé ; le partage d’informations entre des professionnels qui, autrement, n’auraient peut-être jamais eu une telle opportunité.

Une collaboration transfrontalière

Les accords d’Abraham ont permis la création de plus grandes opportunités de collaboration entre Israël et ses voisins du Moyen-Orient. Le partenariat entre le Sheba Medical Center et l’AITC illustre ce nouveau paradigme en fournissant un cadre pour la collaboration transfrontalière dans le domaine des soins de santé. Cet accord marque une étape importante dans le renforcement des relations bilatérales entre Israël et les EAU, puisque les deux pays sont désormais en mesure de profiter de l’expertise et des ressources de chacun pour développer des solutions visant à améliorer les résultats en matière de santé publique.

Har Even, PDG du Sheba Medical Center, a noté que « Israël a beaucoup à offrir à la région, notamment notre esprit d’entreprise et notre approche innovante, et nous pouvons apprendre et bénéficier des EAU, qui sont des leaders en matière d’IA et de production technologique. » Il a ajouté que cet accord est « une collaboration à double sens », les deux parties cherchant à partager leurs connaissances et leurs compétences l’une avec l’autre afin d’améliorer l’accès aux soins de santé dans leurs pays respectifs.

Progrès en matière de technologie de santé

La coentreprise entre le Sheba Medical Center et l’AITC promet d’apporter de nombreuses avancées dans le domaine des technologies de la santé. La plateforme développée par ce partenariat permettra aux médecins d’accéder à des données en temps réel concernant les antécédents des patients ainsi qu’à des analyses prédictives qui pourraient les aider à prendre de meilleures décisions concernant les options de traitement pour chaque patient. Elle permettra également des consultations virtuelles entre spécialistes, ce qui pourrait potentiellement aider les personnes vivant dans des zones rurales ou sous-développées qui n’ont pas facilement accès à des services de santé de qualité.

Un accord sur la santé
Source : Pixabay.

En outre, il est prévu que le développement d’une telle plateforme pourrait conduire à une amélioration des capacités d’essais cliniques ainsi qu’à un meilleur accès aux opportunités de recherche clinique des deux côtés de la frontière. Elle pourrait même ouvrir la voie à des collaborations avec d’autres nations dans différentes régions, conduisant ainsi à des systèmes de soins de santé mondialisés plus robustes qui se concentrent sur la fourniture de soins équitables indépendamment des frontières géographiques ou des contextes socio-économiques.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *