L'attaque du Hamas
0 6 minutes 8 mois

Le samedi 7 octobre 2023, le mouvement islamiste palestinien Hamas a lancé une attaque surprise contre Israël, tirant des milliers de roquettes depuis la bande de Gaza et infiltrant des centaines de combattants en territoire israélien. L’attaque a fait des centaines de morts et de blessés, et a entraîné la capture de plusieurs civils et militaires israéliens, dont au moins deux Français. Israël a riposté par des frappes aériennes et des opérations terrestres, visant les positions du Hamas et du Hezbollah au Liban, qui a également tiré des obus d’artillerie et des missiles guidés sur Israël. La situation a provoqué une crise humanitaire et diplomatique, avec des appels à un cessez-le-feu et à la libération des otages de la part de la communauté internationale.

Quels sont les objectifs du Hamas ?

Le Hamas est un mouvement islamiste qui contrôle la bande de Gaza depuis 2007, après avoir évincé le Fatah, le parti du président palestinien Mahmoud Abbas. Le Hamas ne reconnaît pas l’existence d’Israël et appelle à sa destruction. Il considère la résistance armée comme le seul moyen de libérer la Palestine et de défendre les droits des Palestiniens. Le Hamas est considéré comme une organisation terroriste par Israël, les États-Unis, l’Union européenne et d’autres pays.

Le Hamas a revendiqué l’attaque contre Israël comme une réponse aux violations israéliennes des droits des Palestiniens, notamment à Jérusalem-Est, où les tensions sont montées ces derniers mois autour du statut du mont du Temple, un lieu saint pour les musulmans et les juifs. Le Hamas a également affirmé vouloir venger les victimes des frappes israéliennes sur la bande de Gaza, qui ont fait plus de 250 morts depuis le début de l’année. En outre, le Hamas a cherché à profiter du contexte régional instable, marqué par la guerre en Syrie, la crise au Liban et l’affaiblissement de l’Autorité palestinienne.

Voici une vidéo relatant cette nouvelle :

Quelle est la réaction d’Israël ?

Israël a qualifié l’attaque du Hamas de guerre totale et de menace existentielle. Le Premier ministre israélien Naftali Bennett a déclaré que son pays allait frapper fort le Hamas et le Hezbollah, et qu’il n’allait pas céder au chantage des otages. Il a également accusé l’Iran d’être derrière l’attaque, affirmant que Téhéran fournissait des armes et des fonds aux groupes islamistes. Israël a mobilisé ses forces de défense et activé son système antimissile Dôme de fer pour intercepter les roquettes du Hamas. Il a également lancé des frappes aériennes sur la bande de Gaza et le sud du Liban, ciblant les infrastructures militaires et civiles du Hamas et du Hezbollah. Selon l’armée israélienne, plus de 500 cibles ont été touchées depuis le début de l’offensive.

Quelle est la situation humanitaire ?

La situation humanitaire est dramatique dans la bande de Gaza, où les habitants sont pris au piège entre les frappes israéliennes et les tirs du Hamas. Selon le ministère palestinien de la Santé, plus de 256 personnes ont été tuées, dont 66 enfants, et plus de 1 900 blessées depuis le début de l’attaque. Les infrastructures sanitaires, électriques et hydrauliques sont gravement endommagées, entraînant des pénuries d’eau, de nourriture et de médicaments. Les Nations unies ont appelé à un accès humanitaire urgent pour fournir une assistance aux civils.

En Israël, le bilan est également lourd, avec plus de 300 morts et près de 2 000 blessés, dont 345 dans un état critique. Parmi les victimes, on compte au moins deux Français, tués par des roquettes du Hamas. Plusieurs autres ressortissants français sont portés disparus ou retenus en otage par le Hamas, selon le ministère français des Affaires étrangères. Les villes israéliennes proches de la frontière avec Gaza, comme Sderot ou Ashkelon, sont les plus touchées par les tirs du Hamas. Les habitants vivent dans la peur et doivent se réfugier dans des abris à chaque alerte.

Quelle est la position de la France ?

La France a condamné fermement l’attaque du Hamas contre Israël, qu’elle a qualifiée d’inacceptable et d’intolérable. Le président français Emmanuel Macron a exprimé sa solidarité avec Israël et son soutien au droit à la légitime défense. Il a également dénoncé le chantage insupportable du Hamas sur les otages, et appelé à leur libération immédiate et sans condition. Il a en outre demandé l’arrêt des hostilités et la reprise du dialogue entre Israéliens et Palestiniens, dans le cadre d’une solution à deux États.

La position de la France a été soutenue par la majorité de la classe politique française, qui a manifesté son appui à Israël lors d’une marche de solidarité organisée à Paris par le Conseil représentatif des institutions juives de France (CRIF). Seul Jean-Luc Mélenchon, le leader de la France insoumise, a critiqué à mots couverts la riposte israélienne, estimant que la violence ne produit et ne reproduit qu’elle-même. Il a également appelé à une solution politique au conflit israélo-palestinien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *