Rolex par Jean-Pierre Valentini
0 6 minutes 1 mois

En temps de crise, seuls deux produits conservent leur valeur : une Rolex et l’or. Ce célèbre adage s’est illustré ces derniers mois par l’explosion du prix des montres de luxe. C’est assez simple : il n’y a plus rien à vendre pour certaines marques. Pour Jean-Pierre Valentini, le marché des montres de luxe de seconde main offre de belles opportunités. Il l’a d’ailleurs déjà constaté depuis 2018, lorsqu’il a investi dans Tradee

Chez certaines marques, il n’y a plus de produits disponibles, et le délai d’attente peut aller jusqu’à 10 ans pour certains modèles de Rolex. En conséquence, le marché des montres de luxe d’occasion s’est enflammé et certains modèles se négocient à 10 fois le prix catalogue. Une bulle spéculative s’est formée sur certains modèles, et même les caisses vides atteignent des sommets. Dans cet article, nous allons voir l’évolution du marché des montres de luxe selon l’expert Jean-Pierre Valentini.

Pénurie de montres de luxe

“Qui aurait pensé il y a deux ans que le marché deviendrait fou et que les horlogers de luxe seraient obligés de refuser des clients ? Parce que c’est la situation” explique Jean-Pierre Valentni. Rolex ne prend plus de commandes, et les magasins n’ont plus de montres en stock et la liste d’attente de certains modèles dépasse les 10 ans. Le marché est-il devenu fou ? Certains des modèles actuels sont tellement demandés qu’ils sont plus chers sur le marché de seconde main. 

Pour la plupart des gens, il s’agit d’un marché spéculatif. Pour en être sûr, Jean-Pierre Valentini a analysé le marché. Ces résultats, jamais vus auparavant, montrent une réalité beaucoup plus contrastée. Le premier constat est que les prix de certaines marques de montres de luxe ne font qu’augmenter. Si l’on exclut certains modèles spéculatifs, Rolex a grimpé de 147 % en 10 ans. 

Le marché de l’occasion est devenu vital pour les marques selon Valentini

La conclusion la plus évidente est que ce marché est essentiel pour les marques de montre de luxe. Ils l’avaient auparavant négligé, voire snobé. Ce marché ne méritait pas leur attention, et les clients n’y achetaient pas non plus. Les montres d’occasion étaient rachetées, réparées puis revendues. Un excellent moyen de contrôler à qui ces pièces d’exception ont été vendues et ainsi d’élargir le portefeuille clients. 

C’est un fait aujourd’hui que la clientèle de ces manufactures horlogères évolue. Nous assistons actuellement un rajeunissement dans tous les sens du terme. Il y a notamment l’essor des clients ayant gagné une fortune avec les crypto-monnaies, et qui veulent exhiber leur fortune. D’autre part, un rajeunissement des méthodes de vente et du marketing horloger. Les entreprises suisses centenaires voient leurs stratégies bouleversées par les réseaux sociaux. 

L’évolution du marché des montres de luxe à moyen terme selon Jean-Pierre Valentini

La crise du Covid a marqué le début de la flambée des prix. Ce mouvement haussier a commencé dès le mois d’août 2020, c’est-à-dire bien avant que l’inflation galopante ne s’enracine. Nous pouvons spéculer sur cette frénésie, mais la peur était sans aucun doute un moteur puissant. Après la stupéfaction des premières semaines, la crainte d’un effondrement économique a poussé certaines valeurs vers de nouveaux sommets. L’or, valeur refuge par nature, a dépassé les 2 000 dollars le gramme en août 2020.

Ce climat anxieux, cette peur de tout perdre, a probablement inciter les gens à investir dans des actifs tangibles. Les montres de luxe en font partie. Depuis 2021, nous sommes entrés dans une autre phase inflationniste. Elle pousse les horlogers à augmenter leurs prix de vente. L’inflation érode progressivement le pouvoir d’achat, et certains sont sans doute tentés d’acheter aujourd’hui. L’inflation va s’ajouter à la croissance organique du prix des montres de luxe et les rendre encore plus élitistes.

L’horlogerie n’est plus une passion pour les amateurs du luxe. C’est désormais un secteur où la spéculation et le marketing ont pris le dessus. On voit émerger des produits financiers autour des montres de luxe, qui proposent par exemple d’acheter des actions de montres. Est-ce dire qu’il s’agit d’une bulle spéculative ? Pour certains modèles, en effet. Pour les autres, pas du tout. S’il y a éclatement de la bulle, seuls certains modèles seront impactés. Les autres ne subiraient qu’une correction indirecte. Si vous avez de l’argent à investir, le mieux serait de privilégier les modèles qui n’ont pas été touchés par la folie spéculative, notamment les Rolex. 

Suivez Jean-Pierre Valentini sur Twitter et sur Viadeo

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.